L'ARS s'assoit sur la démocratie

Publié le par Maternité Rethel

Bonjour à toutes et à tous,

 

C'est une bien triste nouvelle que nous vous dévoilons aujourd'hui.

 

Nous avons rencontré des représentants de l'ARS le mercredi 2 juin, et cela s'est très mal passé.

 

Tout d'abord, nous parlons de "représentants" de l'ARS; nous avions pris RDV avec son Directeur, M. Paille, mais celui ci avait visiblement mieux à faire, et ne nous avait même pas prévenu! Nous ne l'avons donc pas vu!

 

Nous avons donc REvu la même personne qu'en décembre, Mme Pernet, que nous avions rencontré lorsqu'on parlait encore d'ARH.

 

Elle a été catégorique : ils ne veulent plus d'accouchements à Rethel; Ils n'ont aucun scrupule à bafouer un vote démocratique qui a eu lieu dans notre CA. L'ARS a tous les pouvoirs, ils comptent donc bien en user... et en abuser.

 

Nous avions également préparer un autre projet alternatif, sur un hébergement (les patientes seraient revenues quelques heures après leur accouchement).

En fait,  nous nous doutions que les accouchements allaient être difficiles à garder, disons que nous avions travaillé sur un projet qui aurait pu sauvegarder un minimum d'accès aux soins pour la population. Précisons que nous avions travaillé dessus sur les conseils de l'ARH.

 

Et bien ce projet d'hébergement, ils n'en veulent pas non plus! Pas rentable!!

 

Toute l'équipe est dégoutée par tout cela, mais nous ne voulons pas mentir aux gens.

 

A notre grand regret, la maternité devrait donc fermer à la fin de cette année...

Commenter cet article

PIERRET Benoît 07/06/2010 18:38


encore un exemple, malheureusement pas isolé, de ce qu'est devenu la démocratie d'une part, et le Service Public d'autre part...
Maintenant, pour se faire entendre, il faut soit être violent, soit être friqué...
Concernant l'ARS, il n'a malheureusement là aussi, jamais été question d'une instance démocratique, mais bien d'un "truc" le plus éloigné possible et des citoyens, et des professionnels de santé,
pour mener à bien la démolition du service public de santé.
A qui le tour ? :(