Article l'Union du mercredi 24 février 2010

Publié le par Maternité Rethel

Le collectif de soutien à la maternité propose un projet Toutes derrière la maternité

photo mat

 Bien sûr, la maternité, ce n'est pas que l'accouchement, c'est aussi, la rééducation postnatale, les conseils….

 

 

Pour éviter qu'il ne reste « qu'un centre de consultations gynécologiques », les responsables du collectif de soutien à la maternité de Rethel (qui compte plus de 750 membres) multiplient les actions.
Réfutant l'argument sans cesse rabâché de l'insécurité et dénonçant l'argument de rentabilité, les sages-femmes et tout le personnel du service ont monté un projet qui, s'il était appliqué, pourrait redonner à la maternité rethéloise toute sa dimension.
Donner des moyens…
Une lutte difficile, depuis la validation du projet d'arrêt de l'activité accouchement. Ce qui, si on joue sur les mots, ne veut pas dire fermeture de la maternité. Sauf qu'on imagine difficilement une future mère faire suivre sa grossesse ici et aller accoucher ailleurs. C'est donc tout le service qui semble menacé.
Pour autant, Émilie Petit, Marie Chanteau (sages-femmes) et Catherine Blondet (auxiliaire de puériculture), qui représentent tout le collectif, refusent la fatalité.
Lettre au président de la République, rencontres avec les responsables de l'agence régionale de l'hospitalisation, avec les élus locaux, départementaux, régionaux, nationaux, etc. « Nous avons rejoint la coordination nationale des hôpitaux de proximité, nous organisons une réunion publique le 12 mars prochain à 19 heures, en mairie de Rethel (Salle Eugène-Thiéry) ». Le collectif se démène pour se faire entendre.
… et pas tirer sur l'ambulance
« Il suffirait que quelques décideurs aient une réelle volonté pour étudier et mettre en place ce que nous proposons. Nous sommes convaincus de pouvoir relancer l'activité et de pouvoir facilement passer le seuil des 300 naissances imposées par l'Etat. On nous reproche de ne pas être rentables, mais en même temps, depuis une quinzaine d'années, rien n'a jamais été fait pour éviter la fuite des femmes enceintes vers d'autres sites ! Pourquoi ne pas recruter un 3e gynécologue, mettre plus de douches, restaurer un peu les locaux, proposer des préparations alternatives à la naissance, etc.? Il y a des choses concrètes à faire et pas compliquées ».
Très motivées et refusant d'être dans un service de laissées-pour-compte, elles continuent d'y croire et appellent à une mobilisation générale pour faire pencher la balance.
Pour ce qui est des craintes parfois exprimées par certaines mères concernant la sécurité, le collectif les balaye d'un revers de main et met en avant « le travail en réseau avec les autres hôpitaux. La maternité de Rethel répond parfaitement à ce que la législation prévoit. On a bien une pédiatre, contrairement à ce qui a pu être dit. Tout est en règle ! De plus, les transferts de bébé de Rethel vers Reims sont très rares (5 en 2008) et les transferts de maman aussi (7 par an en moyenne) ».
Misant sur une qualité d'accueil et d'écoute reconnue, le collectif met en garde. Si la maternité venait à fermer, l'établissement tout entier pourrait à terme souffrir. Moins d'actes chirurgicaux par exemple - alors qu'on est en train de construire un nouveau bloc - pourrait être préjudiciable. « Les exemples en France ne manquent pas. Après la fermeture de la maternité, le bloc opératoire ferme dans les années qui suivent. Cela a des répercussions sur d'autres services pas uniquement sur la maternité ».
Le combat est rude, mais elles y croient.
Emmanuel DÉFENTE
soutienmatrethel.over-blog.com/
Un groupe s'est également constitué sur facebook : pour que la maternité de rethel vive !

 

Commenter cet article